jusqu’au bout des doigts

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Sonmudo… jusqu’au bout des doigts

 

La main est un vecteur. Récepteur. Transmetteur d’énergie important.

Dans la pratique martiale, il est l’outil amenant l’énergie vers l’adversaire pour le stopper, dévier ou saisir. Tranchant, pique des doigts, plat ou dos de la main,dessus du poing, phalange, etc…

Si cette énergie peut être vers un adversaire ou partenaire , elle peut aussi être tournée vers soi pour le soin.

À partir de quelques exercices relativement simples, on peut capter la bonne énergie de l’union ciel-terre pour en ramener la quintessence. La posture kikong de la GRUE permet de réguler l’énergie CŒUR et les organes concernés par l’orientation de l’union du bout des doigts en crochet vers le buste.

Ce pic des doigts réunit est utilisé en percutions, dans sa version martiale, vers certains points vitaux.

Dans la position du TIGRE et de la TORTUE, bien que les méridiens concernés soient différents, on pose le bout des doigts à la terre. Ce qu’on appelle les Points Curieux de la main (Shi Xuan).

Cela ouvre les sens, recentre le mental, draine et évacue la chaleur, soulage les crampes.

Dans ce cas, il ne faut pas basculer tout le poids du corps dans les doigts mais exercer une petite pression mesurée pour activer ces points.

Masser son ventre avec les paumes de main comme nous le faisons à l’issue du yoga assis est bon pour l’énergie vitale. Pour les reins il vaudrait mieux utiliser le dos de la main ou le poing fermé.

Dos de la main : yin. Plat de la main : yang.

En pratique martiale lorsque vous fermez le poing, le majeur (maître cœur) touche le centre de la main, point Laogong , vous captez mieux l’énergie ( bien sûr en pratique kikong aussi ! ).

Il y a d’autres points d’entrée et de sortie. D’autres portes d’énergie importants. Mais c’est une autre histoire…

 

« ne laisse pas moudre ton blé par d’autres mains que les tiennes. Il n’y de bien fait que ce qu’on fait soi même… »

« qui n’a pas les mains ouvertes a le cœur fermé… »

 

FF